L’étincelante Fofie d’An Fireless

 

 Première de couverture

de Sophie Galdiolo

Date d'édition :  décembre 2019

Format : 21 x 14,7  –  450 pages

EAN : 9782956782322

 

Présentation :

« L’étincelante Fofie d’An Fireless », est un récit sentimental autobiographique. 

Sous la forme d’un journal intime à la fois drôle et émouvant, il relate une liaison épistolaire et atypique s’avérant être, au final, bien plus que cela… L’auteur démarre son récit avec la simple volonté de faire un recueil de ces échanges succulents. Mais au fil des lignes et des jours, Sophie se surprend à se questionner sur elle-même, sur son histoire et ses attentes de femme. Pourquoi entretient-elle cette relation si déroutante et contraire à ses principes ?

Sa quête la mènera là où elle ne pensait jamais aller : à la frontière d’un univers mystérieux qui parle d’âmes jumelles et d’éternité.

 

4ème de couverture :

Sophie et Lucien s’aiment.

Sophie et Lucien aiment jouer.

Sophie et Lucien aiment jouer ensemble.

Oui mais…, elle a dix-huit ans de plus que lui, et ils ne se sont jamais rencontrés.

Sophie n’a de cesse de chercher à comprendre le pourquoi de cette relation improbable qui bouscule toutes ses certitudes et ses principes, le plus déroutant en étant indéniablement la réciprocité.

A travers la rédaction de son journal, elle nous livre le récit de ses échanges avec Lucien, nous dévoile le cheminement de sa quête, comment elle accepte et apprivoise ces sentiments troublants.

Elle trouvera des réponses, bouleversantes, fascinantes, qui la conduiront aux frontières de l’univers fantastique des âmes qui s’aiment au-delà de la vie et de la mort. 

Mais le plus incroyable, c’est qu’au bout du chemin, c’est elle-même qu’elle finit par rencontrer. Sophie devient peu à peu l’étincelante Fofie d’An Fireless, et cela, encore moins que tout le reste, ce n’était pas prévu.

A la fois drôle et tendre, ce curieux récit se déroule comme une histoire à tiroirs. Il débute par une relation légère et joyeuse, mais rapidement c’est une profonde introspection qui s’amorce face à tous ces questionnements et ce tourbillon d’émotions. L'amour, bien sûr, mais aussi la solitude, la différence d'âge, le sens profond de la vie, la spiritualité, la réincarnation, le deuil, la maltraitance conjugale, le pardon, la frustration… autant de thèmes qui apparaissent en filigrane et sont abordés avec pudeur et délicatesse. Mais le rire n'est jamais bien loin... 

C’est finalement dans ce que l'être humain a de plus divin et mystérieux que tout prendra sens. 

 

Sommaire :

1ère partie : Et si on jouait  à la princesse et au chevalier...

2ème partie : Et si on jouait au docteur...

3ème partie : Et si on jouait à action ou vérité...

 

Extrait :

31 octobre 2015

Lucien a été le plus charmant des prétextes et la plus jolie des motivations pour amorcer cette quête de moi-même. 

Ma psy a été ma caution, mon garant officiel. 

Ce récit en est le support, le témoignage. 

On pourrait penser que je suis arrivée au bout du chemin, que je vais m’arrêter là. Mais moi, j’ai plutôt l’impression de n’être qu’au début de mon voyage. J’ai rassemblé mes bagages, mais je ne connais pas encore ma destination, ni même quel moyen de transport je vais utiliser pour m’y rendre.

Je fais le constat que je suis quelqu’un de lumineux, c’est bien joli, mais si je suis cela, si je suis une lumière, c’est que j’ai pour fonction d’attirer les gens, de les éclairer, de les rassurer, de les réchauffer et peut-être même de les guider. Mais vers quoi et de quelle manière ?

Me voilà devenue l’étincelante Fofie d’An Fireless. La petite créature mi-fée, mi-elfe, s’est muée en une guerrière altière et pacifique, consciente de sa force, de sa puissance, de son rayonnement. Mais, que dois-je faire de tout cela ? Quel est mon rôle ?

1er novembre 2015

Il y a à peine quelques semaines je n’osais regarder les gens dans les yeux tant j’avais honte de me dévoiler, et me voilà aujourd’hui en train de me décrire comme un phare dans la nuit… 

Pff, je m’éblouis toute seule… où sont donc mes lunettes de soleil ? 

Je me fais surtout bien rire… Mais je sens aussi qu’il y a une part de vérité dans tout cela.

 

 

  

----